Par l' accompagnement

Claire, est diplômée coach professionnelle.

Pour quelle raison associer le coaching à l’expertise comptable ?

Parce que lorsque l’on est dirigeant nous nous sentons seul face à des problématiques, des décisions à prendre, des actions à mener. Il est important de pouvoir avoir quelqu’un qui nous accompagne et qui nous sert de tremplin ou d’accélérateur pour entrer en action.

Parce que l’entreprise est composée d’hommes et de femmes chacuns et chacunes différents, il est important de créer une cohésion d’équipe afin de faire avancer ensemble l’entreprise.

Parce qu’il est aussi nécessaire de soutenir une personneclé de l’entreprise qui a « un coup de mou ».

Parce que vous avez besoin de partager avec d’autres dirigeants de votre profession ou de professions différentes des idées, des actions, des problématiques,… alors créons ensemble cet espace où, une fois par mois, nous nous réunissons pour pouvoir échanger, trouver des solutions et repartir encore plus motivés.

L’accompagnement en action : quelques exemples

Faire des entretien professionnels une opportunité:  nous pouvons vous accompagner dans la préparation et le processus des entretiens.

Nous intervenons aussi pour vous et avec vous lors de ces entretiens. En effet, après une préparation avec le dirigeant, Claire réalise les entretiens d’abord seule avec les salariés puis avec le dirigeant lors du debrief et la mise en place d’actions.

Les avantages : c’est un temps d’échange que les salariés apprécient. Le fait de pouvoir parler à une personne extérieure à l’entreprise ouvre la parole, ouvre aux idées, aux propositions, … Le debrief permet la prise de décisions sur des actions à mener.

Faire les entretiens individuels de tous les salariés créé aussi une dynamique de groupe.

Le travail sur la communication: Il n’est pas toujours aisé de communiquer en entreprise. Pourtant on échange des mails, on parle entre deux portes, on s’appelle par Skype, téléphone, …

Cependant, il peut y avoir des non-dit, des informations essentielles qui ne circulent pas, une bonne idée non exprimée, un malaise non exprimé,…

Claire a beaucoup travaillé sur les liens entre individus en entreprise et travaille sur l’identité d’un groupe, les valeurs de l’entreprise, le sens du travail d’équipe et les moyens de travailler ensemble.

Ceci facilite l’autonomie et l’implication des salariés et favorise l’esprit d’équipe.


 

Ti-Jean était de ces vauriens qui ont leurs entrées chez les anges.

Les fées, les démons, les archanges, les quatre filles de Satan étaient de ses fréquentations. Bref, il était partout chez lui. Il se trouva donc, un beau jour, en vacances dans l’au-delà, invité par saint Théodule, un vieil ami de ses parents.

 


 

Le bienheureux lui proposa (il voulait lui faire plaisir) quelques visites culturelles au musée de l’art de mourir, au palais du roi des fantômes, au zoo des bêtes à Bon Dieu et autres lieux du pays ordinairement fréquentés par les touristes trépassés. Ti-Jean consulta les brochures que lui vantait le saint patron, puis il fit la moue et lui dit :

– Ta générosité m’émeut, mais des parcs et des monuments nous en avons chez les vivants à ne plus savoir où les mettre. Par contre, nous ne connaissons, dans nos royaumes rationnels, que des paradis minuscules et de ridicules enfers. J’aimerai visiter les vrais.

– Rien de plus simple mon garçon, lui répondit l’auréolé. Les voilà donc au seuil discret d’un de ces restaurants de luxe où l’on ne parle qu’à mi-voix. Deux laquais devant eux se courbent, leur prennent vestes et chapeaux.

– Au sous-sol, messieurs ? À l’étage ?

– Au sous-sol, dit saint Théodule.

Rectification de cravate, clin d’oeil à Ti-Jean ébahi.

– Mieux vaut commencer par l’enfer. Après toi. Attention aux marches.

Ils y descendent. Et que voient-ils ? Une immense salle à manger aux quatre murs indiscernables, une table unique mais longue, si longue qu’elle se perd au loin, dans les brumes de l’infini. Sur cette table, des soupières parfumées comme à la Noël, des langoustes, des plats de riz, de la viande aux épices rares, des desserts à la chantilly, bref un festin de rois gourmands. Mille convives se font face, chacun armé d’une cuiller au manche plus long que le bras. Chacun l’emplit, mais comment faire pour la retourner proprement vers la bouche tordue, béante ? Ce diable de manche est trop long ! On râle, on peste, on tend le cou, on en tombe sur le parquet, on se barbouille le plastron, on meurt de faim dans l’abondance.

– Ils sont stupides, dit Ti-Jean.

– Non, damnés, répond Théodule. Viens à l’étage maintenant.

Ils remontent. Rez-de-chaussée, escalier raide et là, surprise. Même salle de restaurant, même table aux fonds embrumés, même festin, mêmes convives, même cuillers démesurées. Mais on mange, ici, on savoure, on se pourlèche, on rit aussi.

Chacun nourrit celui d’en face. Ti-Jean sourit.

 


 

– Le paradis ?

– Tout juste, répond Théodule. J’ai un creux. Allons déjeuner.

Henri GOUGAUD (http://www.cles.com/chronique\l-enfer-le-paradis-et-la-longue-cuillere)

Le sens commun de notre travail:
Evoluer ensemble vers la réussite et l’épanouissement de tous.
Notre envie:
travailler en partenariat dans l’écoute et l’échange.